Les nouvelles régions coûtent de l’argent

L’idée de l’administration de François Hollande était de réduire les coûts en réduisant le nombre de région. C’est évidemment l’inverse qui s’est produit.

Comme tout ce qu’entreprit François Hollande en matière de politique intérieure, sa reforme des régions est un échec. On pensait naïvement diviser les coûts en divisant les régions ; en fait, ils se sont multipliés.

La subsidiarité fait peur. L’administration centrale a d’abord retiré tout pouvoir effectif (et tout budget) aux maire de France. Ensuite ce sont les départements qui ont trinqué. Puis désormais les régions.

Et puis, n’oublions pas que l’Union européenne cherche désespérément à “casser” les nations – c’est même l’une de ses missions officielles, affichées – pour les remplacer par des “régions” transnationales. Mettre nos régions artificiellement à la taille des super régions européennes, c’est se mettre au pas des souhaits mortifères de Bruxelles. Même si le prix à payer est énorme : désenracinement des administrations “locales” qui deviennent complètement déconnectées des réalités du terrain, et surcoûts engendrés par tout un tas de problèmes apparus avec ces nouvelles régions (déplacements incessants, etc).

Encore une fausse bonne idée, sur laquelle, bien entendu, on ne reviendra jamais. Nos hommes politiques n’ont aucun courage.